Les Cannabis Social Clubs

Les Cannabis Social Clubs

351
0
SHARE

Qu’est ce qu’un Cannabis Social Club?

Ce sont des endroits, dans quelques pays d’Europe, entre autres en Espagne, qui offrent la possibilité aux adultes, désirant fumer de la beuh, de pouvoir avoir des plants de qualité supérieure. En effet, dans ces pays, la culture du cannabis est légale, à raison d’une dizaine de plants par personne. Ces Clubs sont mis sur pieds pour réguler le phénomène de la consommation. En ce sens, ceux-ci sont des lieux fermés, avec des consommateurs privés, qui ne tentent pas d’endoctriner ceux qui ne consomment pas. C’est donc une façon saine et respectueuse de réguler la consommation chez les adultes.

Dans ces clubs, les membres sont ceux qui payent pour avoir leur propre consommation : ils payent autant la culture, la maintenance et la distribution. Étant des associations à but non lucratif, les membres doivent être actifs, donc, être les premiers participants à l’activité.

Évidemment, ils ne font pas que livrer du cannabis, ils ont aussi pour but d’informer les individus sur ses effets, de proposer des emplois, d’éliminer quelques problèmes liés au « deal » (violence, prix élevé en plus d’une mauvaise qualité, par exemple) et d’offrir plus de sécurité.

cannabis

Où sont-ils ?

En Espagne, on peut compter plus de 500 clubs du genre. On en trouve aussi en Nouvelle-Zélande, en Belgique, en France, aux Pays-Bas, en Slovénie, en Uruguay, aux États-Unis et en Allemagne. C’est donc dire que c’est assez répandu et apprécié par les consommateurs .

En France, plus précisément, quelques clubs avaient été mis sur pieds, mais ont
tous – sauf un (le Cannabis Club à Saintes) – été dissous. Une association, le CSCF (Cannabis social Club Français), avait été construite en 2012, mais elle a été assez rapidement détruite à Tours en juin 2013. C’est donc, malgré les efforts des militants favorables à cette pratique, la fin de ces clubs qui n’ont pas pu se mettre en place en France.

 

Comment fonctionnent-ils ?

Il faut savoir que ces clubs sont créés par Encod, qui se définit comme étant « [l]a section européenne d’une Coalition Internationale qui regroupe plus de 500 ONGs de tout le monde qui ont adhéré a une Manifeste pour une Politique des Drogues Juste et Efficace (établie en 1998). »

Ces Cannabis Social Club sont soumis à un code de conduite. « Avant d’être membre d’un club, le postulant doit déclarer être consommateur de cannabis ou fournir un certificat médical sur son diagnostic afin de vérifier si cette personne souffre d’une maladie pour laquelle le cannabis est indiqué (Encod). » Voici les quelques grandes lignes de celui-ci :

  1. Ce sont des organisations à but non lucratif.
  2. Elles sont composées d’adultes consommateurs.
  3. Elles peuvent être construites seulement où c’est légal.
  4. La culture collective correspond à la consommation personnelle des membres, pas plus, sauf une réserve au cas où il y aurait des problèmes de récolte ou un vol.
  5. Il y a une production de secours pour le cannabis médical.
  6. La culture est faite grâce à des normes biologiques.

Les membres doivent passer un « interrogatoire » concernant leur consommation, c’est-à-dire pour quelles raisons ils fument du cannabis, en quelle quantité, etc. On doit aussi leur fournir des informations concernant leurs droits et devoirs envers le Club.

Ces Cannabis Social Clubs pourraient être sujets à des questionnements par les autorités. Ils sont déclarés et sont des alternatives au marché noir, avec une transparence demandée par l’État. Comme ce ne sont que des adultes qui ont accès à cette organisation, ça aide à régulariser la consommation chez les jeunes (qui est disponible aux 21 ans et plus). Ils ont donc beaucoup d’aspects bénéfiques.

 

Sources : Blog: Comment créer un Cannabis Social Club ? et France Inter