La légalisation du cannabis : Pourquoi pas ? selon plusieurs Français

La légalisation du cannabis : Pourquoi pas ? selon plusieurs Français

Manifestation à Paris, 9 mai 2015

297
0
SHARE

Depuis plusieurs années, les communautés, surtout en France où la loi est très stricte, sont déchirées par un dilemme: devons-nous légaliser le cannabis ou lutter contre lui jusqu’au bout ?

Nous n’en sommes pas à la première manifestation concernant ce sujet. Effectivement, certaines sont conçues en faveur de celui-ci alors que d’autres sont contre. La répartition des gens dans ces deux camps est sans doute très inégale, ou bien c’est ce qu’on peut voir étant donné que plusieurs personnes, animés par la peur, n’osent pas sortir dans les rues pour exprimer leur opinion.

Malgré tout, le 9 mai, plusieurs personnes se sont levées pour donner libre cours à leur droit d’expression. Nous savons que, quand on se bat pour une cause, on essaie de trouver le meilleur compromis possible. C’est pourquoi les participants de la « marche pour le cannabis » demandent soit une légalisation, difficile à accepter par le gouvernement, soit une dépénalisation de sa consommation.

Plusieurs endroits dans le monde ont légalisé – ou dépénalisé – la consommation de cannabis, ce qui suscite beaucoup de mouvement là ou c’est passible de prison, comme en France. Mais que se passe-t-il quand plusieurs personnes sortent dans les rues pour manifester, joint dans la bouche ? Un lourd questionnement, bien sûr.

Les témoignages des individus présents à cette manifestation vont du plus simplistes – puisque le cannabis pousse, pourquoi ne pas l’utiliser ? – aux plus complexes qui peuvent être que le cannabis est, parfois, une substance choisie pour ne pas tomber dépendant de l’alcool ou de la cigarette ou même qu’il est nécessaire de l’utiliser pour calmer les douleurs et le stress lors de graves maladies.

Pour Farid Ghehioueche, organisateur de la marche et membre de Cannabis sans frontières, « on a beau avoir une loi plus dure, les jeunes consomment de plus en plus jeunes. » Ailleurs, comme en Hollande, les jeunes ne consomment plus nécessairement étant donné sa dépénalisation. La loi non écrite disant que ce qui est interdit est beaucoup plus attirant a fait son travail.

Même si le gouvernement sait qu’il bénéficiera forcément d’un bon revenu s’il dépénalisait la culture et la consommation de cannabis, peu des membres de celui-ci osent ouvrir le débat ou même juste en parler. Par contre, il y a en une, parmi quelques-uns, qui a franchi la barrière: Esther Benbassa, membre d’Europe Écologie Les Verts. Elle a offert une esquisse de loi en faveur du cannabis et de ses consommateurs, assurant ainsi une sensibilisation de la population face à ce sujet, même si rien n’en a encore découlé. Selon elle, il faut effectivement sensibiliser les gens, surtout les jeunes, à ne pas tomber dans la dépendance qui pourrait, par la suite, avoir des effets néfastes au niveau de leurs capacités neuropsychologiques. En effet, elle observe que la consommation pour le bien-être d’une personne n’est pas mauvaise, puisque celui-ci est conscientisé aux problématiques qui pourraient être engendrées.

Si le cannabis était légalisé, ou tout du moins dépénalisé, sa vente pourrait être contrôlée. Considérant qu’un adolescent sur trois en a déjà consommé pour essayer et qu’un sur dix continuera beaucoup plus longuement, on peut dire que la problématique est bien présente.

Source: France Info